Donner les outils pour s’engager : la professeure Carissima Mathen reçoit la Médaille du Barreau 2018

Posted: 05/15/2018

Professor Carissima MathenProfesseure Carissima Mathen : Admise au Barreau en 1994, Carissima Mathen a défendu l’égalité des femmes, le respect de la règle de droit et de l’éducation juridique publique pendant toute sa carrière. Que ce soit par son travail sur des dossiers de violence sexuelle ou son expertise constitutionnelle, elle est devenue une des principales personnalités juridiques du Canada.

Les travaux de recherche de la professeure Mathen ont permis de dégager des perspectives très importantes sur des questions concernant la Constitution et les engagements et principes nécessaires pour une société juste. Elle est très engagée envers l’accessibilité de la justice pour tous, raison pour laquelle elle intervient souvent dans le débat public. La professeure Mathen est une innovatrice dans la dissémination de l’information juridique et elle exerce une influence à tous les niveaux de décision. Par ses travaux de recherche, son engagement pour l’intérêt public et ses contributions à l’éducation juridique du public, Me Mathen a grandement contribué à préserver l’intégrité de la profession juridique, les institutions démocratiques canadiennes et la primauté du droit.

Que signifie ce prix pour vous ?

« C’est excitant et presque surréaliste. La reconnaissance par les pairs est importante et précieuse. La Médaille fournit une confirmation incroyable de mes efforts pour promouvoir les valeurs qui, selon moi, participent du droit et soutiennent la profession juridique. Ils comprennent le respect mutuel et le respect, même en cas de désaccord ferme ; l’égalité et le souci des marginalisés ; et l’offre des outils nécessaires pour que les gens puissent aborder des questions complexes de manière raisonnée et éclairée. »

La professeure Mathen voulait étudier le droit bien avant qu’elle ne comprenne vraiment ce que cela signifiait et qu’elle y découvre le gout d’une recherche intellectuelle. Pendant ses études à la faculté de droit d’Osgoode Hall, elle a développé un vif intérêt pour le droit constitutionnel. Après avoir obtenu son diplôme, elle a eu la chance de passer sept ans au Fonds d’action et d’éducation juridiques pour les femmes, un poste qui lui a permis d’acquérir une expérience inégalée en matière de défense des intérêts féministes.

Lorsqu’on lui demande ce qui la passionne le plus, Mme Mathen explique qu’elle est déterminée à progresser et à acquérir des connaissances. Elle considère l’enseignement du droit comme une vocation. « Vous êtes chargé de la formation professionnelle de l’un des groupes sociaux les plus puissants. J’aime particulièrement expliquer les problèmes complexes – les conflits de droits, la division des pouvoirs, le pouvoir judiciaire – d’une manière qui a du sens pour ceux qui n’ont pas de formation juridique, et qui leur permet de s’engager dans un débat public. Je suis aussi passionné par l’écriture dans les forums académiques et populaires. »

La plus grande réussite de sa carrière a été son travail sur les nominations à la Cour suprême – tant en termes d’interprétation de la Loi sur la Cour suprême, que d’aider le gouvernement fédéral à refaire le processus de sélection des juges.

La professeure Mathen affirme qu’on peut faire des progrès incroyables en utilisant la technologie pour augmenter l’accès aux services juridiques. Dans le même temps, la formation juridique continue d’être hors de portée pour beaucoup ; l’accès à la profession est une source de stress pour les étudiants en droit ; et le cout des services juridiques est souvent prohibitif. Ce sont des défis décourageants. Mais elle est toujours inspirée par la créativité, la diversité et les idées sans limites de ses collègues, ainsi que par les nombreux avocats qu’elle rencontre. « Les étudiants en droit d’aujourd’hui sont vraiment impressionnants et ils m’aident à maintenir une perspective optimiste. »

« La meilleure façon d’honorer ce prix, explique la professeure Mathen, est de continuer à faire ce que je fais, en particulier dans l’éducation publique. C’est incroyablement significatif pour moi de célébrer ce moment avec ma famille, surtout avec mon père. Ma mère, une érudite brillante et révolutionnaire, a été atteinte de la maladie d’Alzheimer il y a quelques années. C’est douloureux d’être incapable de partager cette réussite avec elle de la même manière – mais je crois qu’au fond, elle sait. »

Datant de 1985, la Médaille du Barreau est un honneur décerné par le Barreau du Haut-Canada aux membres ayant contribué à la profession de façon significative. Le prix est donné pour des services exceptionnels rendus dans le cadre de la profession, que ce soit dans la pratique, dans l’enseignement ou à un autre titre professionnel, du moment que le service corresponde aux idéaux les plus élevés de la profession juridique. Il peut être décerné pour une dévotion aux devoirs professionnels à long terme ou pour un seul acte exceptionnel.

Cette année, 10 membres exceptionnels des professions juridiques recevront des prix du Barreau le 23 mai.