Le Conseil vote pour changer le nom du Barreau à « Barreau de l’Ontario »

Posted: 11/02/2017

Name-changeLe Conseil a voté pour changer le nom de l’organisation à « Barreau de l’Ontario ».

Le vote suit un débat passionné à la réunion de septembre où les membres du Conseil ont demandé de chercher d’autres noms potentiels et ont suggéré de les tester auprès des titulaires de permis du Barreau et du public. La motion de changement de nom a été adoptée avec une forte majorité.

En français, trois noms ont été mis de l’avant et testés par le Groupe directeur des communications stratégiques du Barreau: Barreau de l’Ontario, Professionnels juridiques de l’Ontario et Ordre professionnel juridique de l’Ontario. Plus de 500 titulaires francophones ont répondu, dont 89 pour cent en faveur de Barreau de l’Ontario. Sur les 47 réponses du public, Barreau de l’Ontario a obtenu davantage de votes (23 pour cent) que les autres options.

Dans le cadre de ses efforts pour mobiliser les intervenants et le public grâce à des communications réactives, le Barreau a aussi commandé une recherche indépendante qui démontre que la plupart des membres du public ne connaissent pas bien le Barreau et son rôle de règlementation, et que le nom contribue à de nombreux défis de communication et d’obstacles à l’inclusion.

« Notre rôle au Barreau est d’agir dans l’intérêt public et de servir le public, ce qui veut dire que nous dévons être plus visibles et nous établir comme la référence pour obtenir de l’aide et de l’information juridique, a déclaré le trésorier du Barreau, Paul Schabas. Il est devenu clair que d’avoir “Haut-Canada” dans notre nom, bien que bon nombre de membres de la profession y soient attachés, était non seulement déroutant pour le public, mais en fait, constituait une barrière quand les gens voulaient nous contacter ou savoir qui nous sommes et ce que nous faisons », a-t-il dit.

Le changement de nom est la première étape d’une initiative robuste de communications, a noté le trésorier Schabas. Le Conseil examinera une campagne de sensibilisation du public à sa prochaine réunion en décembre.

Pour plus d’information, lire le rapport du Groupe directeur des communications stratégiques.

Revenir à l’infolettre