Le juge Mandamin reçoit un LLD honorifique du Barreau de l’Ontario

Posted: 06/20/2018

Justice Mandamin

Le Barreau de l’Ontario remettra un doctorat en droit honoris causa (LLD) à l’honorable Leonard S. Mandamin, lors de la cérémonie d’assermentation le 26 juin 2018 à Roy Thomson Hall, Toronto.

Le juge Mandamin reçoit le diplôme de LLD honorifique en reconnaissance de son travail dévoué en tant que chef de file très respecté dans la profession juridique et la communauté autochtone. Il a aussi été reconnu pour son leadership visant à réconcilier les perspectives autochtones et de common law dans l’administration de la justice – et en ce qui concerne le développement des Lignes directrices de la cour fédérale et du barreau en droit des Autochtones, les premières en leur genre au Canada.

Né en 1944, le juge Mandamin est Anishnawbe, membre de la réserve indienne non cédée de Wikwemikong sur l’île de Manitoulin, en Ontario. Il détient un B.Sc. en génie électrique de l’Université de Waterloo (1971) et un LLB de l’Université de l’Alberta (1982). Il a été admis au Barreau de l’Alberta en 1983 et a fondé le cabinet juridique Mandamin and Associates en 1985, représentant des Premières Nations, des organisations et des particuliers autochtones.

Après avoir obtenu son diplôme de l’Université de l’Alberta en 1982, le juge Mandamin a fait son stage au sein du cabinet Ackroyd à Edmonton, cabinet où il a ensuite exercé comme avocat salarié. En 1984, il a ouvert son propre cabinet juridique, avant de fonder le cabinet Mandamin and Associates dans la réserve indienne de Stony Plain à Enoch en Alberta. Il a représenté des Premières Nations, des organisations et des particuliers autochtones dans des causes très diverses.

Le juge Mandamin a comparu en tant qu’avocat devant la Cour du banc de la Reine en Alberta et devant les tribunaux provinciaux et la Cour suprême du Canada (R. v. Badger), la Cour d’appel de la Saskatchewan (R. v. Wolfe) et la Commission de revendication des Indiens (Revendication des Premières Nations de Cold Lake).

Il a été coordonnateur enseignant pour des séminaires sur la justice autochtone l’école de gestion de Banff et professeur auxiliaire à la faculté d’études sur les Premières Nations de l’Université de l’Alberta, directeur et président de la commission policière d’Edmonton (1991-1995) et président du Canadian Native Friendship Centre à Edmonton, Alberta (1990).

Le juge Mandamin a aussi été juge à la Cour provinciale de l’Alberta, division criminelle de Calgary, de 1999 à 2007. Il a présidé la Cour Tsuu T’ina, concernant une initiative de paix avec les Premières Nations, et la Cour provinciale Siksika, à Siksika, qui comprenait de la médiation autochtone traditionnelle.

Le juge Mandamin a promu l’éducation et la formation juridique pour les étudiants autochtones tout au long de sa carrière. Lorsqu’il exerçait le droit, il a été maitre de stage pour sept étudiants en droit, dont six Autochtones. En tant que juge à la Cour provinciale de l’Alberta, il a présidé à l’admission au Barreau de plusieurs candidats autochtones, dont trois pour lesquels les cérémonies d’assermentation ont été tenues dans des écoles secondaires des Premières Nations, dans des réserves et en présence des assemblées d’étudiants autochtones.

En tant que juge à la Cour fédérale, il a encouragé les étudiants en droit autochtones à postuler des postes au programme des auxiliaires juridiques, et six des onze qui ont travaillé sous sa supervision étaient autochtones.

Il a été nommé juge à la Cour fédérale et membre d’office de la Cour d’appel fédérale le 27 avril 2007. En tant que juge à la Cour fédérale, il a siégé à de nombreux tribunaux partout au Canada et a agi à titre de membre et président du Comité de liaison entre la magistrature et le Barreau en droit des Autochtones.