Mentorat ou encadrement : quelle est la différence en fait ?

Posted: 06/04/2018

Mentorat ou encadrementLes gens utilisent souvent les termes « mentorat » et « encadrement » de façon interchangeable. Cela se comprend certainement, parce que les deux visent la croissance personnelle et l’apprentissage avec l’aide d’une autre personne. Cependant, du point de vue du REP, le mentorat et l’encadrement diffèrent et se complètent. Le mentorat est une longue et prestigieuse tradition dans la profession juridique et de nombreuses organisations ont des programmes de mentorat reconnus (p.ex., OTLA, CLA, ABO, SABA, FACL, CABL et d’autres). Le REP recommande ces organisations à quiconque cherche un mentor, mais il offre aussi de l’encadrement pour veiller à ce que les avocats et les parajuristes puissent obtenir l’aide dont ils et elles ont besoin, quand ils et elles en ont besoin. Alors, quelle est la différence entre le mentorat et l’encadrement ?

Un mentor a généralement plus d’expérience que le mentoré, lui donnant des conseils en fonction de son expérience personnelle et de ses connaissances. Le processus est plutôt informel et non structuré, où le mentor tire de son travail et de son expérience personnelle les leçons à partager avec le mentoré. Les mentors sont souvent des chefs de file ou des experts dans le même domaine que le mentoré. Le mentorat vise la relation entre le mentor et le mentoré et s’échelonne généralement sur le long terme.

L’encadrement par contre, vise les tâches et la performance. C’est un processus à court terme où la personne encadrée (ou, selon la terminologie du REP, le participant) travaille vers des objectifs précis qu’ils ont eux-mêmes définis. L’encadreur (ou formateur) sert de partenaire de réflexion et de guide dans le processus, aidant le participant à identifier et à faire les tâches requises pour atteindre l’objectif. Les formateurs du REP se servent du modèle G-R-O-W, pour aider le participant à définir un objectif, à penser à la réalité actuelle, à trouver des options, et, enfin, à se forger une marche à suivre.

Dans son engagement, le formateur sert d’expert du processus, en gardant le participant sur la bonne voie et en lui posant des questions opportunes et révélatrices ; ils n’ont pas nécessairement besoin d’être un expert dans la matière. Si on pense à la transférabilité des enjeux entre les domaines de pratique ou aux approches interdisciplinaires à la résolution de problème, on peut voir que les formateurs n’ont pas besoin d’avoir la même formation qu’un participant pour que ses interventions soient efficaces. En fait, c’est souvent préférable, en ce que cela permet à un formateur de voir les choses clairement sans notions préconçues. Le risque est que ces notions peuvent définir les résultats en limitant l’émergence de nouvelles approches novatrices à un problème.

Avec la formation, le participant développe sa propre solution avec la collaboration du formateur, qui tient le participant responsable de ses objectifs. Bien qu’un mentor propose de possibles solutions à son mentoré, le formateur guide et habilite le participant et l’encourage à « assumer » sa propre solution. Une solution trouvée soi-même a de meilleures chances de réussir, parce qu’elle est faite sur mesure pour le participant qui s’investit personnellement.

Pour voir comment le mentorat et l’encadrement peuvent se compléter, prenez l’exemple hypothétique suivant : Alfonzo est un avocat admis au barreau en 2016 qui pratique le droit pénal comme praticien autonome dans une ville de taille moyenne en Ontario. Il aimerait bien qu’un avocat plus expérimenté lui apprenne le métier, par exemple, lui parle de ses expériences dans les tribunaux, comment s’y comporter et comment agir et servir la communauté. Pour ce genre d’apprentissage, Alfonzo devrait trouver un mentor parmi ses collègues plus chevronnés autour de lui ou par une association d’avocats. Il doit établir une relation avec un avocat chevronné qui lui servira de modèle et de guide. En même temps, Alfonzo voudrait aussi améliorer la gestion financière de sa pratique. C’est là un projet distinct, à court terme, qui serait approprié pour l’encadrement. Avec l’aide d’un formateur, Alfonzo pourrait raffiner son objectif général d’améliorer ses modes de gestion financière. Avec de l’aide, Alfonzo peut être capable d’identifier l’aspect particulier des finances de sa pratique qui doit être amélioré ; par exemple, il peut s’agir des pratiques de facturation ou de la création de routines pour consigner ses rapprochements mensuels. S’il comprend plus clairement son problème, Alfonzo peut développer et mettre en place un plan d’action adapté à ses besoins, avec l’aide d’un formateur qui lui servira de partenaire de réflexion et l’aidera à rester sur la bonne voie pour réaliser son objectif.

Portrait : Mentorat ou encadrement

Mentorat

Encadrement

Durée

Plus long terme (> 6 mois) Plus court terme (<3 mois)

Expertise

Sujet Processus

Nature de la relation

Principalà débutant Entre pairs

Contenu

Ouvert Objectif précis

Directives

Expérience personnelle du mentor Modèle d’encadrement

Structure

Informelle Formelle – adhérence au processus par étapes

Solutions

Démontrées/modelées par le mentor Émergence collaborative visant l’engagement actif du participant

Que voudriez-vous réaliser au cours des trois prochains mois ? Est-ce qu’un formateur du REP peut vous aider ?