Prendre soin de soi-même

Posted: 08/09/2019

Par Jennifer Quito

Le mois dernier, j’ai eu le plaisir d’animer une discussion avec le conseiller Orlando Da Silva et Doron Gold, un clinicien du personnel du Programme d’aide aux membres (PAM) du Barreau. La discussion s’est déroulée dans le cadre de la 14e conférence des praticiens autonomes et des petits cabinets et s’intitulait « Conseils pour maximiser l’équilibre travail/vie personnelle ».

Les panélistes ont souligné les défis et les possibilités en matière de bienêtre auxquels sont confrontés les praticiens autonomes et les petits cabinets. M. Da Silva a parlé de son expérience personnelle de problèmes de santé mentale et a souligné la nécessité d’éliminer la stigmatisation qui l’entoure. Bien qu’il soit encouragé par le fait que ce sujet est de plus en plus discuté dans les milieux juridiques, il a souligné qu’il reste encore du travail à faire avant que cette stigmatisation ne disparaisse, et il nous a tous invités à poursuivre cet objectif.

Gold a parlé de questions de bienêtre qui revêtent une importance particulière pour les praticiens autonomes et les petits cabinets. Il a fait remarquer que de nombreux praticiens de ces milieux disent se sentir isolés dans leur vie professionnelle et personnelle. Ils se sentent également surchargés de travail en raison d’une pression interne qui les pousse à ne jamais refuser un nouveau client. Aux côtés de M. Da Silva, il a donné plusieurs conseils et stratégies pour promouvoir le bienêtre sur le plan personnel et structurel.

Sur le plan personnel, M. Da Silva a donné un bon conseil pour la résilience, à savoir de garder dans votre portefeuille une petite carte des réalisations notables à examiner lorsque vous vous critiquez négativement. Par exemple, il a mentionné comment le fait de lire sa carte juste avant une situation stressante lui a permis de se recentrer et de se focaliser sur son travail.

Sur le plan structurel, M. Gold a souligné l’importance de la communauté. Il a souligné le besoin fondamental et humain d’établir des liens et la façon dont certains milieux de pratique peuvent rendre cet objectif plus difficile à atteindre. Il souligne que la communication avec les autres est un élément clé de la roue du bienêtre et souligne les diverses ressources offertes par le PAM, notamment les services de counseling et les pairs bénévoles.

Gold a également souligné que le Réseau des formateurs et des conseillers (REP) du Barreau est une ressource précieuse pour le bienêtre et les connexions avec d’autres membres de la profession. Ceci est particulièrement utile pour les praticiens autonomes et les petits cabinets, où les praticiens n’ont peut-être pas l’occasion de traverser le couloir pour parler à un collègue. En tant que gestionnaire du programme du REP, je suis tout à fait d’accord.

Le programme du REP offre des occasions d’établir des liens significatifs dans un contexte professionnel en donnant aux avocats et aux parajuristes accès à des relations à court terme axées sur les résultats avec des formateurs et des conseillers issus de toutes les professions juridiques. Depuis sa création, le REP s’est concentré sur le développement et le maintien de la résilience et a recruté un groupe de bénévoles, dont plusieurs désirent aider les participants à répondre aux enjeux de conciliation travail-vie personnelle. En février de cette année, le REP a organisé un atelier intitulé « You are more resilient than you think », et plus tard en juin, des bénévoles se sont réunis pour une séance de réseautage à l’occasion du solstice d’été. Se joindre à une communauté de professionnels juridiques qui croient en l’épanouissement personnel peut être un élément clé de la stratégie de bienêtre d’un praticien.

Il ne fait aucun doute que les praticiens autonomes et les petits cabinets font face à des défis en matière de bienêtre qui sont ressentis la profession juridique dans son ensemble, ainsi qu’à des défis propres à chaque domaine de pratique. Cette table ronde a mis en lumière la vaste gamme de ressources mises à la disposition des avocats et des parajuristes de l’Ontario pour promouvoir et mettre en pratique le bienêtre.

Où vous trouvez-vous dans votre parcours professionnel ? Vous pouvez considérer le REP et nos programmes comme un outil utile pour trouver votre propre stratégie de bienêtre.

Jennifer Quito est avocate et chef d’équipe dans le Service des ressources et soutiens à la pratique du Barreau. Elle est responsable de la supervision du Réseau d’encadrement de la pratique. Jennifer est toujours heureuse de communiquer avec les bénévoles du REP et les membres des professions juridiques.