Protecteur et défenseur des droits linguistiques : Gilles LeVasseur reçoit la Médaille du Barreau 2018 à Toronto

Posted: 05/16/2018

Gilles LeVasseur

Gilles LeVasseur : Admis au Barreau en 1994, Gilles LeVasseur, un fier Franco-Ontarien, a consacré la plus grande partie de sa carrière à protéger, à promouvoir et à améliorer les droits constitutionnels et linguistiques de la communauté francophone de l’Ontario et du Canada, y compris les droits de la personne. Par sa passion et son dévouement, il a joué un rôle majeur dans la protection du patrimoine franco-ontarien.

Il a écrit plusieurs ouvrages dans le domaine des droits linguistiques, dont un ouvrage exhaustif concernant le droit des affaires qui est considéré en Ontario comme la référence en common law en français au Canada. Cet ouvrage est par ailleurs utilisé par tous les tribunaux provinciaux et fédéraux.

En tant qu’expert constitutionnel pendant cinq ans au programme fédéral d’appui aux droits linguistiques, il était impliqué dans le financement de toutes les nouvelles actions constitutionnelles présentées aux tribunaux, y compris à la Cour suprême du Canada.

Les contributions de Me LeVasseur ont influé sur les questions de droits linguistiques en Ontario et au Canada, et sur la manière dont la common law est appliquée aux francophones et aux anglophones dans le domaine judiciaire. Il a participé à la rédaction de plusieurs projets de loi, dont celui désignant la Ville d’Ottawa comme ville bilingue, une reconnaissance formelle de la dualité linguistique au Canada.

Gilles LeVasseur a présidé plus d’une quinzaine d’organisations nationales et provinciales dans les domaines du droit, de la santé, des affaires et de la culture, y apportant une expertise juridique et de gouvernance.

Que signifie ce prix pour vous ?

Dans le livre « Ne tirez pas sur l’oiseau moqueur », l’avocat Atticus Finch dit  « C’est comme quand on sait qu’on a perdu d’avance, mais qu’on commence quand même et qu’on va jusqu’au bout, advienne que pourra ». Cette phrase peut être utilisée pour définir mon action dans la vie en général. Quand j’étais plus jeune, j’ai eu le plaisir de lire ce livre de Harper Lee, qui aborde des questions sérieuses d’inégalité raciale, de courage et d’engagement envers les droits humains fondamentaux.

La motivation de l’avocat Atticus Finch à défendre une personne qui fait face à la disrcimination raciale est un exemple de courage. Elle illustre les valeurs qui exigent de la compassion et la nécessité d’aider ceux qui n’ont pas les mêmes opportunités. Atticus est devenu un modèle pour moi et a incarné le caractère qui peut changer la société en en faisant, cas par cas, un lieu meilleur pour tout le monde, dans le respect de la loi et l’égalité entre les personnes.

La leçon qu’on tire de Atticus Finch et de ses collègues est qu’on ne comprend jamais vraiment une personne avant de regarder les choses de son point de vue – de se mettre dans sa peau. Cela illustre la compassion et exprime un sentiment profond de courage et de conscience de l’histoire, pour devenir des êtres humains meilleurs. Pour Gilles, recevoir la Médaille du Barreau montre à quel point les ontariennes et les ontariens, y compris les Francophones, ont changé et fait des efforts pour devenir une société plus inclusive.

Me LeVasseur dit que le Barreau a été un modèle d’intégration de différents droits en faveur de l’égalité et du respect et le fait qu’un Francophone reçoive cette médaille en est la preuve.

Natif de Toronto, Me LeVasseur a grandi à Ottawa, dans le quartier d’Alta Vista, une communauté comptant un grand nombre de résidents francophones. Lui-même Francophone, il a reconnu l’importance de défendre de maintenir et de protéger la qualité du français dans la ville.

Par le biais de ses multiples activités professionnelles et philanthropiques, il a accumulé une liste impressionnante de réalisations. Comme avocat et professeur d’université en droit, en gestion et en économie, Me LeVasseur s’est activement impliqué dans des dossiers liés aux droits linguistiques constitutionnels canadiens, qu’il s’agisse de l’Accord de Charlottetown ou d’agir comme expert juridique à l’égard du financement de tous les nouveaux dossiers en droits linguistiques devant les tribunaux canadiens, particulièrement les cours d’appel et la Cour suprême du Canada.

Membre des associations du Barreau de l’Ontario et du Québec, possédant plusieurs diplômes, il est président du Conseil de la coopération de l’Ontario et du Regroupement des organismes du patrimoine franco-ontarien. Il a présidé plus de 20 organisations et associations nationales et provinciales dans les domaines de la santé, du droit, des affaires, de la culture et des arts.

Il a publié onze ouvrages, dont cinq portent sur la situation des Francophones en Ontario et au Canada, et notamment un livre sur la désignation de la Ville d’Ottawa comme ville bilingue, une reconnaissance formelle de la dualité linguistique au Canada.

Il a reçu plus de 45 prix, dont l’Ordre de l’Ontario, l’Ordre d’Ottawa et le Prix du lieutenant-gouverneur de l’Ontario pour la protection et la préservation du patrimoine franco-ontarien. Il a aussi reçu la Médaille du jubilé de Sa Majesté (50e et 60e anniversaires) ainsi que la distinction de Commandeur de l’Ordre de la Pléiade, pour sa contribution à la francophonie canadienne.

Il a également reçu le Prix Séraphin Marion et l’Ordre des francophones d’Amérique du gouvernement du Québec pour sa contribution à l’essor de la francophonie en dehors du Québec.

Par sa passion et son dévouement, Gilles a joué un rôle de premier plan pour sauvegarder le patrimoine Franco-Ontarien et francophone au Canada, dans le cadre de la protection des droits des communautés minoritaires.

Datant de 1985, la Médaille du Barreau est un honneur décerné par le Barreau de l’Ontario aux membres ayant contribué à la profession de façon significative. Le prix est donné pour des services exceptionnels rendus dans le cadre de la profession, que ce soit dans la pratique, dans l’enseignement ou à un autre titre professionnel, du moment que le service corresponde aux idéaux les plus élevés de la profession juridique. Il peut être décerné pour une dévotion aux devoirs professionnels à long terme ou pour un seul acte exceptionnel.