Treasurer’s Blog

Coaches and advisors: a new approach to supporting licensees

Posted: 01/28/2016  /  by: Janet Minor

  • Français
  • English

Coaches and advisorsAny professional can benefit from the coaching and advice of someone who has more experience than they do.

This is especially true with lawyers and paralegals; no matter what stage of your career you’re in, a more seasoned professional can guide your thinking, help you make better decisions, and demonstrate best practices that could have a measurable impact on the work you do.

Paralegals and lawyers have the individual responsibility and obligation to develop their own competent, reflective and ethical careers. As a profession, we bear another responsibility—to foster collective competence, both in the public interest and in the interest of professional renewal and support.

There are organizations and associations in Ontario that offer lawyer and paralegal mentoring, where the goals, extensiveness, available resources and even success rates vary widely.

If coaching and advising supports are to be meaningful ways to enhance the competent practice of law and provision of legal services, a more systematic approach is essential.

That is why the release of the Report of the Mentoring and Advisory Services Proposal Task Force at Convocation this week is so important.

The Report sets out a coach and advisor initiative that aims to provide guidance and help to lawyers and paralegals through supports that use a coherent, flexible, accessible and evolving approach.

“Mentoring,” as used in the traditional sense to mean networking and general career advice, is a valuable tool. This Report stands out in that it recommends “coach and advisor” supports, and suggests that coaches and advisors may more effectively address licensee needs. I agree.

Under the model proposed in the Report, coaches and advisors will help licensees all over the province—short-term advisors addressing file-specific and substantive/procedural matters, and longer term coaches fostering best practices. The program will be voluntary; no one will be forced to coach or advise, nor will licensees be required to seek coaching or advisory services.

What’s more, licensees, coaches and advisors will be entitled to claim up to their entire yearly CPD requirement of 12 hours, if they meet certain requirements.

I’m excited by the possibilities, and I’m proud to announce that, to help the program take hold, the Law Society will establish a dedicated and separate coach and advisor unit within the Professional Development & Competence department.

That department will develop resources and training for the coaches and advisors it recruits, then connect licensees to the supports they require, whether those are the program’s “formal” coaches and advisors or other services provided by partner associations and organizations.

This is a positive and ambitious undertaking. I look forward to watching it evolve—and I welcome the cultural shift it will create that will make coaching and advising an integral, desired part of the legal professions.

Coaches and advisorsEncadrement : nouvelle approche pour soutenir les titulaires de permis

Tout professionnel peut bénéficier d’un encadrement et des conseils de quelqu’un qui a plus d’expérience qu’elle.

Cela est particulièrement vrai pour les avocats et les parajuristes ; peu importe où vous en êtes dans votre carrière, un professionnel plus expérimenté peut vous guider dans votre réflexion, vous aider à prendre de meilleures décisions et vous montrer des pratiques exemplaires qui pourraient avoir un effet mesurable sur votre travail.

Les parajuristes et les avocats ont chacun la responsabilité et l’obligation de développer leur propre carrière avec compétence, réflexion et déontologie. Comme profession, nous avons une autre responsabilité — favoriser la compétence collective à la fois dans l’intérêt public et dans l’intérêt du renouvellement et du soutien professionnel.

Il existe des organisations et des associations en Ontario qui offrent aux avocats et aux parajuristes du mentorat et leurs objectifs, leur portée, leurs ressources et même leurs taux de succès varient grandement.

Pour que les services d’encadrement améliorent de façon marquée la pratique du droit et la prestation de services juridiques, il est essentiel d’avoir une approche plus systématique.

C’est pourquoi la publication du rapport du Groupe de travail sur les services consultatifs et le mentorat au Conseil cette semaine est si importante.

Le rapport établit une initiative d’encadrement pour guider et aider les avocats et les parajuristes par des moyens qui suivent une méthode cohérente, flexible, accessible et évolutive.

Le « mentorat » au sens traditionnel du mot, soit faire du réseautage et donner des conseils professionnels de nature générale est un outil précieux. Le rapport se distingue cependant en ce qu’il recommande de faire de l’encadrement par lequel, suggère-t-on, on peut mieux aborder les besoins des titulaires de permis. J’en conviens.

En vertu du modèle proposé, les personnes qui font l’encadrement aideront les titulaires de permis dans toute la province — des consultants à court terme aborderont des problèmes spécifiques aux dossiers et aux affaires de fond et de procédure, et des consultants à plus long terme favoriseront des pratiques exemplaires. Le programme sera volontaire ; personne ne sera forcé de faire cet encadrement et les titulaires de permis ne seront pas obligés de le suivre.

Qui plus est, les titulaires de permis et les consultants auront le droit de réclamer leurs 12 heures de FPC pour l’année entière s’ils et elles répondent à certaines exigences.

Je suis excitée par ces possibilités et je suis fière d’annoncer que pour aider à lancer le programme, le Barreau créera une unité dédiée aux services consultatifs et à l’encadrement au sein de la direction de la compétence professionnelle.

Cette direction élaborera des ressources et de la formation pour les consultants qu’elle recrutera, puis connectera les titulaires de permis aux soutiens qu’ils requièrent, qu’il s’agisse d’encadrement formel et de consultants ou d’autres services fournis par les associations et organisations partenaires.

Il s’agit d’une entreprise positive et ambitieuse. C’est avec le plus grand intérêt que je surveillerai son évolution et le changement de culture qui en résultera et qui fera de l’encadrement et des services consultatifs une partie intégrale et désirée au sein des professions juridiques.

View All Posts