Treasurer’s Blog

Looking Ahead in 2019

Posted: 01/30/2019  /  by: Malcolm Mercer

  • Français
  • English

Treasurer Malcolm MercerWith a new year, often we look to new beginnings. At the Law Society, much has been accomplished in 2018 that will guide our efforts in 2019. I’m looking forward to the year ahead.

The Law Society has a duty to protect the public interest. Benchers play a critical role maintaining this trust and I encourage you to participate in the bencher elections taking place this April. Each election is a catalyst for change as the new board sets a strategic direction for the next four years. If you are interested in running, the deadline for nominations is February 8th. You will hear more about voting in the next weeks and months.

We couldn’t look forward without talking about new technologies, including artificial intelligence tools, which are developing at an unprecedented pace. This changing landscape is impacting the legal professions in many ways, and presents novel opportunities for innovation in the delivery of legal services. In 2018, I struck a Technology Task Force to consider the regulatory challenges and opportunities posed by legal tech. The Task Force will be looking carefully at how we can position our regulatory framework to appropriately balance protecting the public with the prospects for enhanced convenience and efficacy that come with these new tools. The Task Force will be engaging experts, the professions, and the public along the way.

We continue to collaborate with justice partners to identify and implement solutions to access to justice challenges. The Law Society aspires to build on successes such as the Steps to Justice website. This platform, now with content in both official languages, is led by CLEO and brings together key justice sector players including the courts, the Law Society, The Ontario Ministry of the Attorney General, the Social Justice Tribunals of Ontario, Legal Aid Ontario, the Ontario Justice Education Network and the Association of Community Legal Clinics of Ontario. Looking ahead, we aim to increase collaboration with our partners and stakeholders to develop a more concrete action plan.

Access to justice also includes the implementation of the Family Law Action Plan. Work continues with the development of a licence to permit paralegals and others to assist the public with certain family legal services. Change is not without challenges but our work with paralegals, the family law bar and courts in identifying activities best suited for this licence strengthens our process. Work will be ongoing through 2019 in an effort to open the licensing process in early 2020.

We continue to support culture shift within the professions through the implementation of the Equality, Diversity and Inclusion initiative. Events programming and policy implementation in 2018 has included:

  • Hosting 11 events as part of the Equity Legal Education and Rule of Law Series; engaging on a range of topics including the #MeToo movement and unconscious bias with over 4,500 attendees participating through webcast and 1,200 in person;
  • Implementation of recommendation 3 and recommendation 5 in the Challenges report, with the self-assessment and inclusion questions currently appearing in licensees’ Annual Report;
  • In 2019, we are taking steps to implement the Inclusion Index (recommendation 6).

The year ahead is promising. As we set goals and priorities, we must also take time to prioritize our mental health and wellness. Each of us carries the responsibility to change the conversation about mental health in the legal profession. Bell Let’s Talk Day, which took place on January 30th, is an important reminder of that.

This time of year can be exciting and overwhelming so if you are a Law Society member and require support, please reach out to our confidential Member Assistance Program (MAP). Whether you are studying, articling, interviewing or working, MAP has excellent resources available. By talking about the stigma around mental health, we can help end it in our profession.

Wishing you all the best in the year ahead.

Nos priorités pour 2019

Treasurer Malcolm MercerUne nouvelle année qui commence est souvent une occasion de se renouveler. Nous avons atteint de nombreux objectifs en 2018, et nous nous efforcerons d’en faire de même cette année. Je suis impatient de voir ce que nous réaliserons en 2019.

Le Barreau a pour mandat de protéger l’intérêt public. Les conseillers et les conseillères jouent un rôle essentiel pour maintenir cette confiance et je vous encourage à prendre part aux élections du Conseil qui ont lieu en avril. Chaque élection représente une nouvelle impulsion pour le changement et permet au nouveau conseil d’administration de définir une direction stratégique pour les quatre années à venir. Si vous envisagez de vous présenter, le 8 février est la date limite pour le dépôt des candidatures. Plus d’information concernant le processus de vote sera communiquée dans les semaines et les mois à venir.

On ne peut pas parler de l’avenir sans parler des nouvelles technologies, notamment des outils d’intelligence artificielle, qui se développent à un rythme inédit. L’incidence de ce nouvel environnement sur les professions juridiques se manifeste de nombreuses façons et présente des opportunités pour innover dans la prestation des services juridiques. En 2018, j’ai constitué un groupe de travail sur la technologie, chargé d’étudier les défis et les opportunités que pose la technologie en matière de règlementation. Ce groupe de travail va étudier de près comment nous pouvons ajuster notre cadre de travail règlementaire de façon à obtenir un équilibre approprié entre la protection du public et les possibilités, en termes de convivialité et d’efficacité, qu’offrent ces nouveaux outils. Le groupe de travail consultera des experts, les professions et le public.

Nous continuons de collaborer avec nos partenaires dans le domaine de la justice pour identifier et mettre en œuvre des solutions aux problèmes d’accès à la justice. Le Barreau vise à reproduire le succès d’initiatives telles que le site Web Justice pas-à-pas. Ce site, qui offre désormais des ressources dans les deux langues officielles, est une initiative de CLEO et regroupe des acteurs principaux du domaine de la justice tels que le Barreau, le ministère du Procureur général de l’Ontario, les Tribunaux de justice sociale Ontario, Aide juridique Ontario, le Réseau ontarien d’éducation juridique et l’Association des cliniques juridiques communautaires de l’Ontario. Pour l’avenir, nous désirons améliorer notre collaboration avec nos partenaires et les intervenants afin de développer un plan d’action plus concret.

L’accès à la justice comprend aussi la mise en œuvre du plan d’action pour le droit de la famille. Le travail se poursuit sur l’élaboration d’un permis qui autoriserait les parajuristes et d’autres professionnels à aider le public à l’égard de certains services juridiques en droit de la famille. Tout changement présente des défis, mais le travail que nous entreprenons avec les parajuristes, le barreau du droit de la famille et les tribunaux dans le but d’identifier les activités les mieux adaptées à ce nouveau type de permis nous permet de renforcer notre processus. Ce travail se poursuivra tout au long de l’année, avec pour objectif l’ouverture du processus de délivrance de ce type de permis au début 2020.

Nous continuons de soutenir un changement de culture au sein des professions par la mise en œuvre de l’initiative Égalité, diversité et inclusion. Nous avons organisé plusieurs programmes et mis en œuvre plusieurs politiques en 2018, notamment :

  • 11 évènements dans le cadre des activités d’éducation juridique et de la primauté du droit ; participation au dialogue sur plusieurs sujets comme le mouvement #MoiAussi et les préjugés inconscients. Participation de plus de 4 500 personnes par webémission et 1 200 en personne ;
  • Mise en œuvre des recommandations no3 et no 5 du rapport Collaborer au changement : Stratégies de lutte contre le racisme systémique dans les professions juridiques. Les déclarations annuelles des titulaires de permis comprennent désormais des questions d’autoévaluation et d’inclusion ;
  • En 2019, nous prenons des mesures pour mettre en œuvre l’indice d’inclusion (recommandation no6).

L’année qui commence s’annonce prometteuse. Au moment où nous fixons des objectifs et des priorités, nous devons aussi prendre soin de notre santé mentale. Chacun d’entre nous a une part de responsabilité pour changer la conversation sur la santé mentale dans la profession juridique. La journée Bell Cause pour la cause du 30 janvier en est un rappel important. Cette période de l’année peut être difficile. Si vous êtes titulaire de permis et que vous avez besoin de soutien, n’hésitez pas à contacter le Programme d’aide aux membres (PAM), qui est confidentiel. Que vous soyez étudiant en droit, stagiaire, à la recherche d’un emploi ou en pratique, le PAM offre d’excellentes ressources. C’est en parlant de la stigmatisation qui entoure la santé mentale que nous pourrons y mettre fin.

Je vous souhaite une très bonne année à toutes et à tous.

View All Posts