Treasurer’s Blog

Reflecting on a wonderful journey

Posted: 06/22/2016  /  by: Janet Minor

  • Français
  • English

Treasurer Minor at a meeting with Indigenous leadersAs my term as Treasurer comes to a close, I have been reflecting about my time in office. I feel honoured to have been supported by an amazing group of benchers and staff members, and I’m proud of the work we have been able to accomplish.

For me, some of the most significant experiences arose from our work on important activities and initiatives to enhance access to justice and I have enjoyed talking about them on my blog.

In celebration of National Aboriginal History Month, I’d like to take a moment to highlight a particular commitment that continues to mean a lot to me – leading the way with our Indigenous initiatives.

Over the past two years, we have significantly extended our outreach with Indigenous communities by engaging directly with Indigenous leaders and citizens. I have been honoured to lead this initiative, and have had a most profound personal journey as a result.

This journey began in November 2014, when Law Society benchers, senior staff and I had an historic meeting with the Grand Chiefs of the Provincial Territorial Organizations as well as the chiefs of Six Nations and M’Chigeeng to discuss justice issues.

In April of 2015, I had the great honour to meet with Grand Council Chief of the Anishinabek Nation Patrick Wedaseh Madahbee and senior staff and legal counsel of the Union of Ontario Indians, and Chief Marianna Couchie, Councillor Arnold May and senior staff of the Nipissing First Nation, in their communities in the North Bay area.

I had the opportunity to meet with Chief Ava Hill and members of the Six Nations of the Grand River Justice Committee in May 2015.  I was pleased to host with the Chief Bryan LaForme of the Mississaugas of the New Credit, succeeded now by Chief Stacey LaForme, a dinner for the Residential School “Front Runners” from 1967, prior to last year’s Pan Am Games. I was very moved when they shared their personal stories.  Everyone was impressed with their resilience in coping with their experiences.

The Law Society has had a tradition of hosting Métis Legal Education events at the time of Louis Riel Day in November, and I was pleased to attend both of these events and to meet then Métis Nation of Ontario president Gary Lipinski, and now current president Margaret Froh.

Another powerful event occurred this April when we hosted a legal education discussion with Sheila Watt-Cloutier, who spoke so passionately about the perils of climate change from an Inuit perspective. And, we were pleased to be joined by Natan Obed, President of the Inuit Tapiriit Kanatami.

The journey continued in 2016. A few weeks ago I travelled to meet Chief Brian Perrault and members of the Couchiching First Nation along with the new Ogichidaa Francis Kavanaugh of Grand Council Treaty #3.

Throughout my time at the Law Society, it has been a privilege to work with First Nation benchers Susan Hare and Dianne Corbiere. I appreciated how Susan shared her important teachings with me and the benchers, and now aided by Dianne’s commitment at Convocation, I am confident we will move forward with concrete steps to achieve reconciliation.

The meetings continue to stand out to me as an essential step in helping Convocation renew and enhance the Law Society’s 2009 Indigenous Initiatives Strategy, which we will continue to pursue.

These and other engagement opportunities have helped shape our appreciation of the diversity of Indigenous cultures and the access to justice challenges they face and led to the development of tailored resources to better support these communities.

Just last week, we were pleased to launch a quick reference legal guide and two fact sheets in Cree, Oji-Cree and Northwestern Ojibwe, in addition to English and French.  The resources provide information about Law Society services and sources of free and low-cost legal information and advice that is geared towards Indigenous people.

The translation of Law Society communication into Indigenous languages was a major first for our organization. We worked in collaboration with Indigenous advisors to ensure the materials are clear and accessible, and reflect the needs of Indigenous people.

The Law Society continues to actively build and strengthen relations with these communities and is also working to improve cultural competency in the legal professions to support Indigenous clients and licensees dealing with Indigenous issues.

I am delighted with the recent establishment of an Indigenous Advisory Group, which will provide advice to the Law Society and the Equity and Aboriginal Issues Committee. It’s a critical development as we provide support and outreach to members of the Bar on issues like representing Residential School claimants and as we respond to the Truth and Reconciliation Commission of Canada’s Calls to Action, in collaboration with the Federation of Law Societies of Canada.

In conclusion, I would also like to reflect how heartened and at times overwhelmed I have felt in the last two years attending legal association dinners and speaking with members of our professions about the need for individual action to promote reconciliation. The positive response of lawyers and paralegals has encouraged me to believe we really can make a difference.

I look forward to watching the Law Society and the members of the legal professions build upon this important work in our ongoing commitment to helping Indigenous peoples with their legal needs and accessing appropriate justice to support the advancement of reconciliation.

 

Retour sur un parcours extraordinaire

key-image-2A9A9422-344x259Alors que je termine mon mandat comme trésorière, je réfléchis au temps que j’ai passé à ce titre. J’ai eu l’honneur d’être soutenue par un groupe incroyable de conseillers et de membres du personnel et je suis fière du travail que nous avons accompli.

Pour moi, les moments les plus mémorables sont liés aux activités et aux initiatives que nous avons menées afin d’améliorer l’accès à la justice. J’ai aimé vous tenir au courant de celles-ci sur mon blogue.

Afin de souligner le Mois national de l’histoire autochtone, j’aimerais prendre le temps de mentionner un enjeu qui me tient particulièrement à cœur – ouvrir la voie grâce à nos initiatives autochtones.

Durant les deux dernières années, nous avons étendu la portée de nos initiatives envers les communautés autochtones de façon significative en communiquant directement avec les leaders et les membres de ces communautés. Cela a été un honneur pour moi de mener cette initiative et j’ai vécu une expérience mémorable grâce à celle-ci.

Cette aventure a débuté en novembre 2014, alors qu’en compagnie de conseillers et de cadres dirigeants du Barreau, j’ai assisté à une rencontre historique avec les grands chefs des organisations provinciales et territoriales, ainsi qu’avec les chefs des Six Nations et des M’Chigeeng, afin de discuter d’enjeux liés à la justice.

En avril 2015, j’ai eu le privilège de rencontrer le chef du Grand conseil de la Nation Anishinabek, Patrick Wedaseh Madahbee, les cadres dirigeant et avocats de l’Union des Indiens de l’Ontario, la chef Marianna Couchie, le conseiller municipal Arnold May et les dirigeants de la Première nation de Nipissing dans leurs communautés, près de North Bay.

J’ai eu la chance de rencontrer la chef Ava Hill et les membres du Comité de justice des Six Nations de la rivière Grand en mai 2015. J’ai eu le très grand plaisir d’être l’hôte, en compagnie du chef des Mississaugas de New Credit, Bryan LaForme (auquel le chef Stacey LaForme a maintenant succédé), d’un diner en l’honneur des « Front Runners » de 1967, survivants des pensionnats autochtones, à l’occasion des Jeux panaméricains de l’an dernier. J’ai été très émue par leurs témoignages et tous les invités ont été impressionnés par leur résilience face à leurs expériences.

C’est une tradition au Barreau d’organiser, en novembre, des évènements d’éducation juridique pour les Métis à l’occasion de la Journée Louis Riel. J’ai eu le plaisir d’assister à ces deux évènements et de rencontrer le président de la Nation des Métis de l’Ontario, Gary Lipinski, et la présidente actuelle, Margaret Froh.

Un autre évènement marquant a eu lieu en avril dernier lorsque nous avons organisé une discussion d’éducation juridique avec Sheila Watt Cloutier, qui s’est exprimé avec passion sur les dangers du réchauffement climatique du point de vue d’une Inuite. Nous sommes aussi ravis d’avoir pu accueillir Natan Obed, président d’Inuit Tapiriit Kanatami.

L’aventure s’est poursuivie en 2016. Il y a quelques semaines, j’ai rendu visite au chef Brian Perrault et aux membres de la Première nation Couchiching, ainsi qu’à Francis Kavanaugh, le nouvel Ogichidaa du Grand Conseil du Traité no 3.

Durant le temps que j’ai passé au Barreau, j’ai eu le privilège de travailler avec les conseillères autochtones Susan Hare et Dianne Corbiere. J’apprécie tout ce que Susan nous a appris, à moi et aux conseillers, et, fort du soutien que Dianne apporte au Conseil, je suis convaincue que nous continuerons à avancer sur le chemin de la réconciliation.

Ces rencontres resteront toujours pour moi une étape essentielle afin d’aider le Conseil à maintenir et améliorer les Initiatives autochtones du Barreau de 2009, que nous continuerons à mener.

Ces occasions de nous engager, avec bien d’autres, nous ont aidées à comprendre la diversité qui existe parmi les cultures autochtones et les problèmes d’accès à la justice auxquels leurs membres font face, ce qui a mené à la mise en place de ressources faites sur mesure afin de soutenir ces communautés.

La semaine dernière encore, nous avons été fiers de mettre en circulation un guide de référence juridique rapide et deux fiches d’information en cri, oji-cri et en ojibwé du nord-ouest, en plus de l’anglais et du français. Ces documents offrent de l’information sur les services du Barreau et identifient des sources d’information et de conseils juridiques gratuits ou à bas cout destinés aux Autochtones.

La traduction de documents émanant du Barreau en langages autochtones était une première pour notre organisation. Nous avons collaboré avec des conseillers autochtones afin de nous assurer que les documents sont clairs, compréhensibles et qu’ils reflètent les besoins des Autochtones.

Le barreau continue de bâtir et d’entretenir des liens avec ces communautés et travaille aussi afin d’augmenter la compétence culturelle dans les professions juridiques pour donner plus de soutien aux clients et aux détenteurs de permis autochtones traitant de questions liées à ces communautés.

Je suis ravie de la mise en place récente du Groupe consultatif autochtone, qui conseillera le Barreau et le Comité sur l’équité et les affaires autochtones. Il s’agit d’un développement crucial, puisque nous continuerons à offrir du soutien aux membres du Barreau qui représentent des plaignants victimes d’abus dans les pensionnats et répondrons aux Appels à l’action de la Commission de vérité et réconciliation du Canada, en collaboration avec la Fédération des ordres professionnels de juristes du Canada.

Pour terminer, je voudrais aussi exprimer à quel point j’ai été encouragée et parfois très émue lors des deux dernières années, alors que j’assistais aux réceptions d’associations juridiques et que je parlais aux membres de notre profession par rapport à la nécessité de promouvoir la réconciliation. La réponse favorable des avocats, avocates et parajuristes m’a montré que nous pouvons faire une différence.

J’ai hâte de voir comment le Barreau et ses membres poursuivront ce travail important et continueront à s’impliquer envers les Autochtones afin de les aider à résoudre leurs questions juridiques et à obtenir un meilleur accès à la justice, faisant ainsi avancer la cause de la réconciliation.

View All Posts