Treasurer’s Blog

ABS: Creating a dialogue

Posted: 09/25/2014  /  by: Janet Minor  /  View Comments

  • Français
  • English

alternative business structures ENCould Alternative Business Structures (ABS) improve the way legal services are delivered in Ontario, and help to address mounting concerns over access to those services?

That is something we hope to learn more about over the next number of months, as we seek input from lawyers, paralegals, stakeholders and the public about ABS.

The increased importance of technology, the presence of multinational law firms in Ontario and the growing number of new models for providing legal services and for financing legal firms in other jurisdictions make this the appropriate time to consider ABS and ABS regulation in Ontario.

Consideration of ABS is one of the key priorities identified by Convocation. The ABS Working Group has been reviewing extensive research on the topic and has held discussions with the professions and others.

This week, on Sept. 24, the ABS Working Group provided Convocation with Alternative Business Structures and the Legal Profession in Ontario: A Discussion Paper.

The paper is designed to provide context and background to help people understand these alternative structures and what they may entail. To support the ongoing discussion on the topic, the discussion paper describes a series of considerations and ethical issues.

This document forms part of what we hope is an evolving and full discussion with the professions and others.

The Law Society has not yet decided whether any form of ABS should be permitted in Ontario. Obviously, no innovative steps should be taken without ensuring appropriate regulatory oversight.

We are seeking input from inside and outside the legal profession, from as many people as possible.

New ideas, innovations and challenging perspectives or approaches are most welcome.

The input we receive in response to the discussion paper will be used by the Working Group to continue this important dialogue and help to determine what next steps to take.

I encourage you to review this report and the additional background material on the ABS web page and share your views with us by December 31, 2014.

SEA : invitation au dialogue

alternative business structures FRLes structures d’entreprise alternatives (SEA) améliorent-elles la façon dont les services juridiques sont rendus en Ontario et peuvent-elles aider à régler les préoccupations croissantes concernant l’accès aux services ?

Nous espérons en apprendre davantage sur cette question au cours des mois à venir, et à cette fin, nous sollicitons l’opinion des avocats, des avocates, des parajuristes, des parties intéressées et du public sur les SEA.

Avec l’importance croissante de la technologie, la présence de cabinets juridiques multinationaux en Ontario et la multiplication de nouveaux modèles de prestation de services juridiques et de financement de cabinets dans d’autres pays, il est temps d’envisager les SEA et la réglementation des SEA en Ontario.

Le Conseil a déterminé que l’étude des SEA était une de ses priorités clés. Le Groupe de travail sur les SEA a examiné les recherches approfondies sur le sujet et a tenu des discussions avec les professions et avec d’autres.

Le 24 septembre, le Groupe de travail sur les SEA a présenté au Conseil Les structures d’entreprise alternatives et la profession juridique en Ontario: document de réflexion.

Le document est conçu pour fournir un contexte et un historique afin d’aider à comprendre ces structures alternatives et ce qu’elles peuvent entrainer. Pour encourager la discussion sur le sujet, le document de réflexion décrit plusieurs considérations et questions d’éthique.

Ce document fait partie d’une discussion significative avec les professions et d’autres intervenants qui, nous l’espérons, continuera d’évoluer.

Le Barreau n’a pas encore décidé si toute forme de SEA devrait être permise en Ontario. Évidemment, aucune mesure innovatrice ne peut être prise sans une réglementation appropriée.

Nous sollicitons les commentaires tant de la profession juridique que du public, pour avoir autant d’opinions possibles.

Nous sommes ouverts aux nouvelles idées, aux innovations et aux perspectives ou approches différentes.

Les commentaires que nous recevrons sur le document de réflexion seront utilisés par le groupe de travail pour continuer cet important dialogue et pour aider à définir les mesures ultérieures à prendre.

Je vous encourage à lire ce document ainsi que les textes additionnels qui l’accompagnent sur la page Web des SEA et à partager votre point de vue avec nous d’ici le 31 décembre 2014.

View All Posts