Treasurer’s Blog

Ontario’s paralegals: a look back at a successful 2014

Posted: 12/05/2014  /  by: Janet Minor  /  View Comments

  • Français
  • English

Newly licensed paralegalsA short time ago in late November, I attended my first Paralegal Reception as Treasurer – the ceremony the Law Society holds twice a year to welcome newly licensed paralegals.

I was struck by their excitement about the career choice they’d made, their enthusiasm for the profession they have just entered, and their dedication to helping provide the access to justice that so many Ontarians desperately need.

In the intervening weeks, I’ve been considering the ways Ontario’s paralegals are making their mark in the legal realm. Just last month, for example, the Ontario Paralegal Association held its inaugural meeting, amalgamating the Licensed Paralegals Association with the Paralegal Society of Ontario.

This is a positive step that bodes well for the future. A united paralegal profession means a strong and competent profession committed to providing access to justice.

The paralegal profession has continued to grow by leaps and bounds since the Law Society first began regulating it in 2007. We now have nearly 6,700 paralegal licensees, with more students enrolling in accredited paralegal college programs every year. So I’m pleased to see the Ontario Paralegal Association rising to the challenges that a quickly expanding profession can present.

2014 was a year of change for the profession. We saw the launch of several initiatives focused on continuous improvement and competence assurance, to further strengthen the good work that’s already being done, with significant involvement from the paralegal community.

For example, enhanced accreditation standards and criteria were outlined in the February 2014 Paralegal Standing Committee Report and approved by Convocation. These standards detail enhancements related to program co-ordinators, faculty, class composition, course sequence, assessments, field placements and reporting.

Changes also include introduction of a mandatory re-accreditation process requiring colleges to renew their accreditation on a five-year cycle, and the implementation of a fee structure for accreditation and audits, which would enable the Law Society to recover the costs of accreditation and audit processes.

As well, we are enhancing the paralegal licensing examination by introducing substantive law questions. The new examination will be broader and will have the same rigour and fairness as the licensing examinations for barristers and solicitors. It will be introduced in August 2015.

As the profession continues to grow and evolve, we’re hearing more about it – both from the professions themselves and in the media. While some members have voiced concern, differing opinions and viewpoints are natural in any profession, new or existing.

The important thing to remember is this: the Law Society as regulator of the legal professions is dedicated to ensuring that all members meet appropriate standards of competence. The paralegal community is equally dedicated to that task and we continue to work together to meet those goals.

Parajuristes de l’Ontario : une autre année réussie

Newly licensed paralegalsIl n’y a pas si longtemps, à la fin novembre, j’ai été à ma première réception des parajuristes en tant que trésorière – la cérémonie que le Barreau tient deux fois par année pour accueillir les nouveaux titulaires de permis de parajuriste.

J’ai été frappée par leur enthousiasme quant à leur choix de carrière, à leur entrée dans leur profession, ainsi que par leur volonté de donner l’accès à la justice dont tant d’Ontariens et d’Ontariennes ont un si grand besoin.

Dans l’intervalle, j’ai analysé les façons dont les parajuristes de l’Ontario s’affirment dans le monde juridique. Le mois dernier, par exemple, l’Ontario Paralegal Association a tenu sa réunion inaugurale, qui fusionnait la Licensed Paralegals Association et la Paralegal Society of Ontario.

C’est là une étape positive très prometteuse pour l’avenir. Une profession parajuridique unie devient une profession solide et compétente engagée dans l’accès à la justice.

La profession parajuridique croît rapidement depuis que le Barreau a commencé à réglementer leurs activités en 2007. Nous comptons maintenant presque 6 700 titulaires de permis de parajuriste, et d’autres candidats s’inscrivent aux programmes agréés de formation parajuridique chaque année. Je suis donc heureuse de voir que l’Ontario Paralegal Association relève les défis que présente une profession en progression rapide.

L’année 2014 a servi de nombreux changements à la profession. Nous avons assisté au lancement de plusieurs initiatives portant sur l’amélioration continue et l’assurance de la compétence, pour renforcer le bon travail qui se fait déjà, et qui engagent de façon majeure la communauté parajuridique.

Par exemple, les normes et les critères d’agrément améliorés ont été présentés dans le rapport du Comité permanent des parajuristes de février 2014, lequel a été approuvé par le Conseil. Ces normes décrivent les améliorations liées aux coordonnateurs de programmes, aux professeurs, à la composition des classes, à la séquence des cours, aux évaluations, aux stages et aux déclarations.

Les changements comprennent aussi l’introduction d’un processus de renouvellement de l’agrément obligatoire exigeant que les collèges renouvellent leur agrément au cours d’une période de cinq ans, et la mise en œuvre d’une structure de frais pour l’agrément et les audits, afin de permettre au Barreau de recouvrer les frais des processus d’agrément et d’audit.

De plus, nous améliorons l’examen d’accès à la profession de parajuriste en introduisant des questions de droit substantif. Le nouvel examen sera élargi et fera preuve de la même rigueur et de la même équité que les examens d’accès à la profession des avocats. Il sera introduit en aout 2015.

Au fur et à mesure que la profession se développe, nous en entendons parler de plus en plus – par les professions mêmes et dans les médias. Bien que certains membres aient exprimé leurs craintes, il est naturel d’avoir des opinions diverses dans toute profession, nouvelle ou existante.

L’important est ceci : le Barreau en tant qu’organe de réglementation des professions juridiques vise à assurer que tous les membres répondent à des normes appropriées de compétence. La communauté parajuridique est tout autant dévouée à cette tâche et nous continuons de travailler ensemble pour atteindre ces objectifs.

View All Posts