Treasurer’s Blog

Looking ahead: challenges and opportunities

Posted: 08/02/2018  /  by: Malcolm Mercer

  • Français
  • English
Malcolm M. Mercer, Law Society Treasurer

Malcolm M. Mercer, Law Society Treasurer

For my first blog post as Treasurer, I recently sat down for an interview with the Law Society Gazette to share my priorities and my thoughts on some of the challenges and opportunities that lay ahead.

What are your main priorities for the Law Society over the next two years? We have several major projects underway that we need to bring to conclusion, including the lawyer licensing consultation, the contingency and title insurance projects, the governance review, as well as effective and thoughtful implementation of the remaining recommendations made by the Challenges Faced by Racialized Licensees Working Group, regarding equality, diversity and inclusion. Our work towards Reconciliation, including improvement of our regulatory and hearing processes affecting Indigenous Peoples, is an ongoing priority, as is advancing the Family Law Action Plan.

We also have a Bencher election in April 2019 and will have a new strategic plan to formulate and put in place for the 2019-23 term. This election, and the development of new priorities, provides us with a unique opportunity to build on our solid foundation as an organization and work towards better engagement with the professions and the public.

At the heart of our discussions around the strategic plan, will be our mandate to govern the legal professions in Ontario in the public interest by continuing to ensure the people of Ontario are served by lawyers and paralegals who meet high standards of learning, competence and professional conduct.

As well, we need to spend time thinking about the implications of technological change on the legal professions as well as on the regulation of lawyers and paralegals — and most importantly, on people who need legal services.

What do you see as the major areas LSO needs to focus on and why?

We need to continue to address competence and conduct — not just at the licensing stage, but in day-to-day practice. A central part of our role in regulating in the public interest is to effectively address the requisite entry-level and ongoing competence of lawyers and paralegals, as well as their professional conduct. Linked to this is our role in providing support to licensees through our programs and continuous learning opportunities.

Equity is also a key focus – as it relates to professionals as well as to the people they serve. We must ensure that our legal professions reflect and serve our diverse society.

Access to justice and legal services is also critical, particularly when there are so many Ontarians with unmet legal needs. We look forward to working with the new government to continue the good work underway to ensure that the people of Ontario have access to legal services.

What do you see as major challenges/burning issues ahead for the organization, and for the professions as a whole?

We need to come to terms with our authority and responsibility to decide who, or what, can provide legal services that are not now sufficiently provided by lawyers or paralegals.

While the traditional approach to professional practice works well, it has its limitations, particularly for members of the public whose legal needs are unserved or under-served.

If we don’t encourage the professions to better address those needs — and don’t allow others to serve those needs — I think the both the legal professions and the public are put at risk.

What role do you think technology could play in the legal professions? What do you see as the impact on lawyers and paralegals, and the public accessing legal support and services?

Emerging legal technologies enable new ways of providing legal services and I think it’s important that we help lawyers and paralegals use technology to provide the best services they can. At the same time, we also need to recognize that technology may allow assistance to be provided more directly to the public.

To keep the legal professions healthy and best serve the public, we need to start reflecting much more deeply on technology — both as a facilitator of better professional services and as a way of providing services that won’t be provided effectively by the legal professions.

We also need to consider the impact of new technologies on regulation and I think that’s a discussion that demands careful and well thought-through study. The Law Society should be at the heart of these discussions, leading the professions and encouraging as many voices as possible to join the conversation.

With a Bencher election around the corner, what advice would you give to those who may be undecided about running as candidates? Being a Bencher is a great way to contribute to the profession — and to society. Overwhelmingly, those who have been elected see it as a worthwhile and very serious endeavor that is meaningful, interesting and challenging. So, I would very much encourage lawyers and paralegals who are considering running to give it a shot. It’s well worth it.

Anything else you would like to tell licensees?

What we do as lawyers and paralegals is critical in protecting and advancing the rule of law and the administration of justice. It’s important that people are able to understand and act on their rights and obligations. We play a very important role in allowing the people of Ontario their autonomy and dignity in a free and democratic society.

We don’t always do it perfectly, but we must try to do it well.

Malcolm M. Mercer, Law Society Treasurer

Vers l’avenir : défis et possibilités

Pour mon premier billet comme trésorier, j’ai récemment fait une entrevue pour la Gazette du Barreau dans le but de partager mes priorités et mes idées sur certains des défis et possibilités qui s’en viennent.

Quelles sont vos priorités pour le Barreau au cours des deux prochaines années ? Nous avons plusieurs projets en cours que nous devons mener à terme, comme la consultation sur l’accès à la profession, la réforme des honoraires conditionnels et les assurances de titres, l’examen de la gouvernance, et la mise en œuvre effective et réfléchie des autres recommandations faites par le Groupe de travail sur les défis des titulaires racialisés concernant l’égalité, la diversité et l’inclusion. Notre travail sur la réconciliation, y compris l’amélioration de nos processus de règlementation et d’audition touchant les peuples autochtones, est une priorité continue tout comme la promotion du plan d’action en droit de la famille.

Nous aurons aussi une élection de conseillers en avril 2019 et nous aurons un nouveau plan stratégique à formuler et à mettre en place pour le mandat 2019-2023. Cette élection et le développement de nouvelles priorités nous offrent une occasion unique de bâtir sur nos bases institutionnelles solides et de collaborer à l’engagement avec les professions et le public.

Le mandat de gouverner les professions juridiques en Ontario dans l’intérêt public sera au cœur du plan stratégique pour continuer de faire en sorte que la population de la province soit servie par des avocats et des parajuristes qui satisfont à des normes élevées en matière d’apprentissage, de compétence et de déontologie.

De plus, nous devons réfléchir aux conséquences des changements technologiques sur les professions juridiques et sur la règlementation des avocats et des parajuristes — et surtout, sur la population qui a besoin de services juridiques.

Selon vous, sur quoi le BDLO devrait se pencher en priorité et pourquoi ?

Nous devons continuer notre travail sur la compétence et la déontologie – pas seulement au stade de l’accès à la profession, mais dans la pratique quotidienne. Un aspect essentiel de notre rôle de règlementation dans l’intérêt public est d’aborder efficacement la question du niveau d’entrée dans la profession et la compétence continue des avocats et des parajuristes, tout comme leur conduite professionnelle. Dans la même veine, nous avons un rôle à jouer pour soutenir les titulaires de permis par nos programmes et nos offres d’apprentissage continu.

L’équité est aussi une préoccupation centrale pour les professionnels et la population qu’ils servent. Nous devons nous assurer que nos professions juridiques reflètent et servent notre société diversifiée.

L’accès à la justice et aux services juridiques est aussi crucial, surtout quand les besoins juridiques de tant d’Ontariens et d’Ontariennes ne sont pas comblés. Nous travaillerons avec le nouveau gouvernement pour continuer le bon travail déjà en cours dans le but d’assurer que tous et toutes en Ontario aient accès à des services juridiques.

Quels sont les défis ou enjeux majeurs à l’horizon pour l’organisation, et pour les professions dans leur ensemble ?

Nous avons besoin de réfléchir à la question de notre autorité et responsabilité de décider qui, ou quoi, peut fournir des services juridiques qui ne sont pas adéquatement offerts par les avocats ou les parajuristes.

Bien que l’approche traditionnelle de la pratique professionnelle fonctionne bien, elle a ses limites, surtout pour les membres du public dont les besoins juridiques ne sont pas comblés ou adéquatement servis.

Si nous n’encourageons pas les professions à mieux répondre à ces besoins — et si nous ne permettons pas à d’autres d’y répondre, je crois que nous exposons les professions juridiques et le public à des risques.

Quel rôle croyez-vous que la technologie peut jouer dans les professions juridiques ? À votre avis, quels seront les effets sur les avocats et les parajuristes, et les membres du public qui sollicitent des soutiens et services juridiques ?

Les nouvelles technologies juridiques offrent de nouvelles façons de fournir des services juridiques et je crois qu’il est important d’aider les avocats et les parajuristes à utiliser la technologie pour offrir les meilleurs services possible. En même temps, nous avons aussi besoin de reconnaitre que la technologie peut permettre de donner de l’aide plus directement au public.

Pour préserver la place des professions juridiques et pour qu’elles servent le mieux possible le public, nous devons commencer à réfléchir plus en profondeur à la technologie — tant pour faciliter de meilleurs services professionnels que pour offrir des services qui ne sont pas fournis efficacement par les professions juridiques.

Nous avons aussi besoin de penser aux effets des nouvelles technologies sur la règlementation et je crois que c’est une discussion qui doit être approfondie et bien étudiée. Le Barreau devrait être au cœur de ces discussions, pour mener les professions et encourager le plus de voix possible à joindre la conversation.

Avec l’élection des membres du Conseil qui point à l’horizon, quel avis donneriez-vous à ceux et celles qui hésitent à poser leur candidature ? Être conseiller est une excellente façon de contribuer à la profession — et à la société. Pour la plupart, ceux qui ont été élus trouvent que c’est un projet gratifiant et intéressant avec son lot de défis. Alors, j’encourage les avocats et les parajuristes qui y pensent à s’essayer. Ça vaut la peine.

Vous voulez dire autre chose aux titulaires de permis ?

Ce que nous faisons comme avocats et parajuristes est critique pour protéger et promouvoir la règle de droit et l’administration de la justice. C’est important que les gens comprennent leurs droits et leurs obligations et y donnent suite. Nous jouons un rôle très important pour assurer aux personnes en Ontario leur autonomie et leur dignité dans une société libre et démocratique.

Nous ne le faisons pas toujours à la perfection, mais nous devons essayer de bien le faire.

View All Posts