Involve me and I learn

Posted: 12/21/2016  by: Paul Schabas

  • Français
  • English

“Tell me and I forget. Teach me and I remember. Involve me and I learn.” – Benjamin Franklin

Penned more than 200 years ago, Mr. Franklin’s words still ring true today. I’ve been thinking about them a lot lately as the Law Society has been working to enhance life-long competence for Ontario’s lawyers and paralegals.

In our Strategic Plan, we committed to look beyond traditional CPD formats and work with the professions to develop new educational initiatives. I am so pleased to see that commitment become a reality with the newly launched Coach and Advisor Network (CAN).

CAN provides lawyers and paralegals with access to shorter-term, outcome-oriented relationships with Coaches and Advisors drawn from the professions.

This video provides a great overview of the initiative:

If you’re looking to develop a specific skill or practice management best practice, a Coach may be able to help. If you need guidance on a substantive or procedural issue on a client file, you may wish to request time with an Advisor.

Flexibility is a key component of CAN. Ontario is a large province, so options for connecting are not constricted by distance – they can be face-to-face or remote, thanks to technology. We also know that time is scarce, so we offer shorter engagements.

Connections may be junior-to-senior, or senior-to-junior or peer-to-peer. We are all on a continuum of learning – each and every one of us has something to offer and something to learn.

CAN is also designed to respond to the needs identified by Law Society committees and reports that recognize the barriers faced by racialized licensees, the challenges faced by women in private practice, and it supports the Law Society’s Indigenous Initiatives Strategy.

I truly believe that this initiative is a win-win for all involved, whether you are volunteering as a coach or advisor or requesting guidance. Participants will gain by increasing their competence and confidence, while Coaches and Advisors will have opportunities to learn and hone their own skills while earning CPD hours.

We are continuing to build our roster of volunteer Coaches and Advisors. Volunteers from every area of law and within the paralegal scope of practice are invited to apply, but we particularly need those in family, criminal, real estate, civil litigation, and wills and estates. CAN is also seeking more Coaches who are willing to coach Participants on opening a practice, managing practice finances or using technology in the practice.

CAN hosted a Mentorship Best Practices Breakfast on December 13 attended by representatives from various law organizations and associations that offer mentorship matching programs. Other events and outreach will follow.

We need to support each other as the legal environment continues to evolve and become increasingly complex. I encourage every lawyer and paralegal to consider how they can connect with CAN.

Tu m’impliques, j’apprends

« Tu me dis, j’oublie. Tu m’enseignes, je me souviens. Tu m’impliques, j’apprends. » – Benjamin Franklin

Ces mots que M. Franklin a écrits il y a plus de 200 ans ont encore de la résonnance aujourd’hui. J’y ai pensé beaucoup récemment, pendant que le Barreau travaillait sur des moyens d’améliorer les compétences la vie durant des avocats et parajuristes de l’Ontario.

Dans notre Plan stratégique, nous nous sommes engagés à chercher au-delà des formats traditionnels de FPC et à travailler avec les professions pour développer de nouvelles initiatives d’éducation. Je suis très heureux de voir que notre engagement est devenu une réalité avec le tout nouveau Réseau d’encadrement de la pratique.

Le REP offre aux avocats et aux parajuristes un accès à court terme et des relations axées sur les résultats avec des formateurs et des conseillers venant des professions.

Cette vidéo donne un bon aperçu de l’initiative :

Si vous cherchez à développer une compétence particulière ou une pratique exemplaire de gestion de la pratique, un formateur peut vous aider. Si vous avez besoin d’encadrement sur une question de droit de fond ou de procédure dans un dossier de client, vous pouvez vous adresser à un conseiller.

La flexibilité est une composante clé du REP. L’Ontario est une grande province, et les options pour se connecter ne sont pas restreintes par la distance – on peut se connecter en personne ou à distance, grâce à la technologie. Nous savons aussi que le temps est une rareté et c’est pourquoi nous offrons aussi des engagements plus courts.

Les connexions peuvent être entre un titulaire débutant et un expérimenté, ou l’inverse ou entre pairs. Nous pouvons tous continuer d’apprendre – chacun de nous a quelque chose à offrir et à apprendre.

Le REP est également conçu pour répondre aux besoins identifiés par les comités du Barreau et les rapports qui reconnaissent les obstacles auxquels font face les titulaires de permis racialisés et les difficultés qu’ont les femmes en pratique privée, et il soutient la Stratégie sur les initiatives autochtones du Barreau.

Je crois fermement que cette initiative est gagnante pour tous et toutes, que vous soyez bénévole comme formateur ou conseiller ou que vous demandiez de l’encadrement. Les participants gagneront à augmenter leur compétence et leur confiance, et les formateurs et les conseillers auront des occasions d’apprendre et d’affiner leurs propres habiletés tout en obtenant des heures de FPC.

Nous continuons de bâtir notre liste de bénévoles formateurs et conseillers. Des bénévoles de chaque domaine de droit et dans chaque domaine de pratique des parajuristes sont invités à faire demande, mais nous avons particulièrement besoin de bénévoles en droit de la famille, en droit criminel, en droit immobilier, en litige civil et en droit des successions. Le REP cherche aussi plus de formateurs qui désirent encadrer des participants pour ouvrir une pratique, gérer les finances d’un cabinet ou pour utiliser la technologie dans la pratique.

Le REP a tenu un déjeuner sur les pratiques exemplaires de mentorat le 13 décembre auquel ont participé des représentants de diverses organisations juridiques et associations de droit pour offrir des programmes de jumelage de mentorat. D’autres évènements suivront.

Nous avons besoin de nous appuyer les uns les autres au fur et à mesure que le paysage juridique évolue et devient de plus en plus complexe. J’encourage tous les avocats et parajuristes à envisager de se connecter au REP.