Mental Illness Awareness Week (MIAW) October 4 to 10, 2020

Posted: 10/05/2020  by: Teresa Donnelly

  • Français
  • English

A Message from Teresa Donnelly, Treasurer

Woman dragging a heavy stormy cloud with lightnings.As legal professionals who often serve and care for others, we may lose sight of the importance of taking care of ourselves and supporting each other. Our mental well-being is important every day, but Mental Illness Awareness Week (October 4 to 10), an annual national public education campaign, coordinated by the Canadian Alliance on Mental Illness and Mental Health, provides us with an opportunity to highlight the importance of mental health for lawyers and paralegals and others who are part of the legal and justice sector communities. It’s time we end the stigma associated with mental illness.

As Treasurer of the Law Society of Ontario, recognizing and supporting the mental health and well-being of our members is a priority for me. Having worked as a prosecutor for more than 26 years and dealing with cases involving homicide, domestic violence, sexual assault and impaired driving causing death or bodily harm, I personally understand the pressures and stressors that often go hand-in-hand with our work. The constant demands, combined with the impacts that many of us are grappling with now in the face of the ongoing pandemic, make this a particularly vulnerable time.

According to the Centre for Addiction and Mental Health (CAMH), between May and July 2020, the majority of Canadians reported being somewhat to very worried about their financial situation and about the possibility of becoming infected with COVID-19. Many experienced anxiety and reported feelings of loneliness and depression.

Legal professionals may be particularly at risk. A study conducted between 2014 and 2019 by the University of Sherbooke for the Barreau du Québec regarding lawyer well-being found that 49.9% of those lawyers who participated in the study with less than 10 years of experience suffered some psychological distress. This statistic is significantly higher than the Canadian population as a whole, reported as varying between 21% and 25%. The study also revealed that lawyers in private practice are more likely to experience psychological distress than are lawyers in the public sector (49.7% of lawyers in the private sector and 37.4% in the public sector). The areas of law in which lawyers were most likely to experience psychological distress include corporate-commercial and business law (49.4%), family (49.1%), and litigation (51.5%).

These stark numbers speak volumes. Importantly, they underscore the importance of coming together as legal professionals to raise awareness, engage in dialogue and tackle the issue of mental health for our professions; we can’t take care of others, unless we take care of ourselves and support each other.

There are supports available for lawyers, paralegals, law students, licensing candidates and judges in Ontario and their family members through the Member Assistance Program or MAP.

MAP provides licensees with personal access to a full range of professional, confidential services, including counselling, peer-to-peer support, crisis management services, substance abuse counselling, lifestyle and specialty counselling, as well as interactive online resources and peer resource tools.

MAP counselling services are offered free of cost, in person, by telephone or online — based on preference. Professional counsellors are available throughout the province to help with practical and effective steps to improve well-being.

The program which operates independently of the Law Society to ensure an appropriate division of responsibility between member assistance and professional regulation, can be accessed at 1-855-403-8922, or visit the MAP website – myassistplan.com.

There are many other resources available to us. The Ontario government has listed many free mental health, wellness and addiction resources at https://www.ontario.ca/page/covid-19-support-people#section-4.

This week as we mark Mental Illness Awareness Week, and every week, I encourage you to challenge the way you think about mental illness and addiction to create a more inclusive and understanding profession and community. We can support each other with patience and compassion. We can check in with our colleagues. We can look out for those who are struggling, and give support to others. Just helping others helps our own mental health and improves vital personal connections in this contactless environment.

I wish you, your colleagues and your families well. Whatever stage you are at in your journey as a legal professional, the Law Society is here to support you with supports and resources. Whether you are opening, expanding or winding down your practice, start here to access programs, tools and information that can help you meet your goals: www.LSO.ca/YourSource.

Semaine de sensibilisation aux maladies mentales (SSMM) du 4 au 10 octobre 2020

Un message de la trésorière, Teresa Donnelly

Woman dragging a heavy stormy cloud with lightnings.À titre de professionnels juridiques, nous prenons souvent soin des autres, mais nous pouvons facilement perdre de vue l’importance de prendre soin de soi-même et de s’entraider. Notre bienêtre mental est important chaque jour, mais la Semaine de sensibilisation aux maladies mentales (du 4 au 10 octobre), une campagne d’éducation publique annuelle, coordonnée par l’Alliance canadienne pour la maladie mentale et la santé mentale, nous donne l’occasion de souligner l’importance de la santé mentale pour les avocats et les parajuristes et pour les autres personnes qui font partie des communautés du secteur juridique et judiciaire. Il est temps de mettre un terme à la stigmatisation associée à la maladie mentale.

À titre de trésorière du Barreau de l’Ontario, reconnaitre et soutenir la santé mentale et le bienêtre de nos membres est une priorité. J’ai travaillé comme procureure pendant plus de 26 ans sur des cas d’homicide, de violence conjugale, d’agression sexuelle et de conduite avec facultés affaiblies causant la mort ou des lésions corporelles, et je comprends personnellement les pressions et le stress qui vont souvent de pair avec notre travail. Les exigences constantes combinées aux répercussions de la pandémie en cours auxquelles nous sommes tous confrontés nous rendent particulièrement vulnérables.

Selon le Centre for Addiction and Mental Health (CAMH), entre mai et juillet 2020, la majorité des Canadiens et des Canadiennes se sont dits quelque peu ou très préoccupés par leur situation financière et par la possibilité d’être infectés par la COVID-19. De nombreuses personnes ressentaient de l’anxiété et signalaient des sentiments de solitude et de dépression.

Les professionnels juridiques pourraient être particulièrement exposés. Une étude menée entre 2014 et 2019 par l’Université de Sherbrooke pour le Barreau du Québec sur le bienêtre des avocats a révélé que 49,9 % des avocats qui ont participé à l’étude ayant dix ans ou moins de pratique souffraient d’une certaine détresse psychologique. Ces statistiques sont beaucoup plus élevées que dans la population canadienne en général, qui varie entre 21 % et 25 %. L’étude a aussi révélé que les avocats qui sont en pratique privée sont plus exposés à la détresse psychologique que les avocats du secteur public (49,7 % des avocats du secteur privé et 37,4 % du secteur public). Les champs de pratique dans lesquels les avocats sont les plus exposés à la détresse psychologique comprennent le droit des affaires, commercial et corporatif (49,4 %), de la famille (49,1 %) et du litige (51,5 %).

Ces chiffres sont éloquents. Ils soulignent surtout l’importance de travailler ensemble comme professionnels juridiques pour faire de la sensibilisation, engager le dialogue et parler de santé mentale dans nos professions ; nous ne pouvons pas prendre soin des autres si nous ne prenons pas soin de nous-mêmes et si nous ne nous entraidons pas.

Le Programme d’aide aux membres ou PAM offre des soutiens aux avocats, aux parajuristes, aux étudiants en droit, aux candidats du processus d’accès à la profession et aux juges en Ontario ainsi qu’aux membres de leur famille.

Le PAM offre aux titulaires de permis un accès personnel à une gamme complète de services professionnels et confidentiels, notamment du counseling, du soutien par les pairs, des services de gestion de crise, du counseling en matière de toxicomanie et de mode de vie, du counseling spécialisé, et des ressources interactives en ligne et autres outils.

Les services de counseling du PAM sont offerts sans frais, en personne, par téléphone ou en ligne — selon vos préférences. Les conseillers professionnels sont à votre disposition dans toute la province pour vous aider à prendre des mesures pratiques efficaces afin d’améliorer votre bienêtre.

Le programme, qui fonctionne indépendamment du Barreau pour assurer une division appropriée de la responsabilité entre l’aide aux membres et la règlementation professionnelle, est accessible au 1 855 403-8922 ou en visitant le site du PAM – monpam.com.

De nombreuses autres ressources sont à notre disposition. Le gouvernement de l’Ontario a dressé une liste de nombreux soutiens en matière de santé mentale, de bienêtre et de dépendances, au https://www.ontario.ca/fr/page/covid-19-soutien-aux-personnes#section-4.

En cette Semaine de sensibilisation aux maladies mentales, et chaque semaine, je vous encourage à remettre en question votre façon de voir la maladie mentale et la dépendance afin de créer une profession et une communauté plus inclusives et plus compréhensives. Nous pouvons nous entraider avec patience et compassion. Nous pouvons prendre contact avec nos collègues. Nous pouvons apporter de l’aide aux personnes qui ont du mal à s’en sortir. Le simple fait d’aider les autres contribue à notre propre santé mentale et améliore nos relations personnelles vitales dans cet environnement sans contact.

Je vous souhaite bonne chance, ainsi qu’à vos collègues et à vos familles. Peu importe où vous en êtes dans votre parcours de professionnel juridique, le Barreau est là pour vous aider en vous apportant son soutien et ses ressources. Que vous lanciez, agrandissiez ou fermiez votre pratique, commencez ici pour accéder aux programmes, aux outils et aux renseignements qui peuvent vous aider à atteindre vos objectifs : www.LSO.ca/votreSource.