Dealing with the self-represented

Posted: 05/02/2013  /  by: Thomas Conway  /  View Comments

  • Français
  • English

blog access to justice self representedIt was very encouraging to see lawyers and paralegals turn out in record numbers (more than 3,600) to attend the Law Society’s free webcast CPD program, Dealing with the Self-Represented, on April 30, 2013.

I think that response is a reflection of how many members are currently balancing their duties to their clients with the need to professionally and fairly treat people who represent themselves in legal matters.

This is an access to justice issue that I will be exploring further with representatives of lawyer and paralegal groups in upcoming Treasurer’s Advisory Group (TAG) meetings. My thanks go out to program chair, The Honourable Susan Himel of the Superior Court of Justice, for leading this important discussion.

Dealing with the self-represented is a challenge that spans all areas of the law. The panel (Lorne Glass, Glass and Associates; Joseph Griffiths, Flaherty Dow Elliot & McCarthy; and Caterina Galati, The Law Society of Upper Canada) urged lawyers and paralegals to exercise care and caution with a self-represented litigant — whether that person is on the opposing side, or even their client on some type of limited retainer.

If you missed the webcast, the panel’s advice included the following:

  • Remember that the same disclosure obligations and ethical considerations apply when you’re working with a self-represented litigant.
  • Document everything, and ensure that conversations are witnessed and transcribed.
  • Encourage a self-represented opposing party to obtain independent legal advice from a pro bono help centre or duty counsel.
  • Before you agree to act on a limited retainer, be honest and candid about what services you can and cannot provide — and put it in writing.
  • If a self-represented person on the opposing side is abusing the process, protect your client and yourself by seeking assistance from the Court.

You’ll get a chance to watch the webcast again — or for the first time — when the Law Society makes it available to view on-demand, for free, starting on May 2.  Here’s the link: http://ecom.lsuc.on.ca/cpd/product.jsp?id=FINCLE13-0041300

I know I’m going to try to check it out, and I look forward to more such webcasts in the future.

La question des autoreprésentés

blog access to justice self representedJ’ai trouvé très encourageant de voir les avocats et les parajuristes participer en nombres record (plus de 3 600) au programme gratuit en webémission du Barreau intitulé, Dealing with the Self-Represented,  le 30 avril 2013.

Je crois que cet engouement indique que nombre de nos membres visent à s’acquitter de leur obligation envers leur client tout en négociant avec professionnalisme et équité avec les personnes qui se représentent elles-mêmes dans des affaires juridiques.

Il s’agit d’une question d’accès à la justice que je vais explorer plus à fond avec des représentants de groupes d’avocats et de parajuristes aux prochaines rencontres du Groupe consultatif du trésorier. Je remercie notre présidente de programme, l’honorable Susan Himel de la Cour supérieure de justice, d’avoir mené cette discussion importante.

Avoir affaire avec une personne qui se représente elle-même peut être difficile dans tous les domaines du droit. Le comité (Lorne Glass, Glass and Associates; Joseph Griffiths, Flaherty Dow Elliot & McCarthy; et Caterina Galati, Barreau du Haut-Canada) a exhorté les avocats et les parajuristes à la prudence face à une partie se représentant elle-même devant le tribunal — que cette personne soit dans la partie adverse ou même leur client dans un mandat à portée limitée.

Si vous avez manqué la webémission, voici en bref de quoi le panel a dit :

  • Rappelez-vous que vous avez les mêmes obligations de divulgation et de déontologie lorsque vous travaillez avec une partie qui se représente elle-même.
  • Documentez tout et assurez-vous que vos conversations se font devant témoins et sont transcrites.
  • Encouragez une partie adverse qui se représente elle-même à obtenir des conseils juridiques indépendants d’un centre d’aide pro bono ou d’un avocat de service.
  • Avant d’accepter de représenter selon un mandat à portée limitée, soyez honnête et franc quant aux services que vous pouvez et ne pouvez pas fournir – et mettez-les par écrit.
  • Si une personne qui se représente elle-même du côté adverse abuse du processus, protégez votre client et vous-même en cherchant de l’aide du tribunal.

Vous aurez la chance de voir ou de revoir la webémission lorsque le Barreau la mettra en ligne sur demande sans frais à compter du 2 mai.  Voici le lien : http://ecom.lsuc.on.ca/cpd/product.jsp?id=FINCLE13-0041300

Je sais que je vais essayer d’y accéder et j’attends avec impatience les prochaines webémissions.

Comments

Leave a Reply